Blue Flower

Ce dernier système extrait la chaleur de... l'air. Mais comment est-il possible de se chauffer en hiver en prélevant l'air extérieur ?

Il y a bien évidemment une petite astuce : après avoir récupéré le peu de chaleur de l’air, les capteurs le compressent, ce qui entraîne une augmentation de la température qui peut alors être transférée dans le logement.

Soit le circuit réchauffe de l’eau qui part dans le chauffage central (PAC air/eau), soit l’air réchauffé est directement soufflé dans la maison (PAC air/air), occasionnant un ronron incessant qui peut devenir franchement inconfortable à la longue. Mais le bruit peut également s’avérer gênant pour vos voisins. Espérons que vous êtes en bons termes !

Assez logiquement, les PAC aérothermiques ne sont donc guère efficaces, produisant tout juste deux fois plus de chaleur qu’elles n’en consomment... Encore faut-il que le climat ne soit pas trop froid (plus de 3 °C) sous peine de cesser de fonctionner, obligeant à recourir à un chauffage d’appoint précisément au moment où le chauffage est le plus nécessaire ! Quant à leur efficacité l’été, il est particulièrement limité.

Leur seul avantage est leur prix, ce sont les moins chers du marché, en grande partie grâce à leur facilité de pose (pas d’autorisation nécessaire, pas de chantier). Comptez de 80 à 110 € TTC/ m2 de surface habitable chauffée (avec plancher chauffant), un peu moins pour une PAC air/air (60 à 90 € TTC/m2), soit un total qui revient à moins de 10000 €.

Au vue de leurs faibles performances, les pompes à chaleur air/air ne sont plus éligibles au crédit d’impôt depuis 2009.

Comment la chaleur est-elle restituée dans l'habitat ?

Il existe trois systèmes :

•             PAC à détente directe : le liquide frigorigène qui s’est réchauffé part directement dans le logement, généralement pour chauffer un plancher (dans ce cas précis, la fonction climatisation en été est impossible). Assurez-vous de vous encadrer de très bons professionnels pour son installation : le liquide frigorigène est très nocif en cas de fuite ;

•             PAC mixte : le liquide sert à chauffer de l’eau dans un ballon (comme l’ECS solaire) qui partira à son tour dans le réseau de chauffage du logement ;

 

•             PAC à fluides intermédiaires (uniquement les PAC géothermiques) : de l’eau glycolée (un antigel) est utilisée en circuit fermé. Via un échangeur, elle va chauffer de l’eau pure dans un circuit séparé qui part dans les radiateurs.